January 15, 2020

June 17, 2019

Please reload

Posts Récents

Construction de classes et Yamana

May 4, 2018

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Retour d'expérience de volontaire

September 11, 2018

Quand je pense à toi,

 

Quand je pense à toi, j’ai le sourire qui me vient, j’ai le corps qui se détend et le ventre qui se noue. J’ai chaud, tellement chaud, mais je me sens bien. J’ai envie d’apprendre à vous comprendre, à parler votre langue. J’ai le cœur qui s’emplie de joie à l’idée de vous prendre dans les bras.

 

Quand je pense à toi, j’ai faim d’arepa , de poissons fris et de chicha. J’ai le goût du café sucré que je n’aimais pas puis que j’aimais tant. J’ai souvenir de ces pauvres chèvres que l’on mangeait au petit déjeuner, mais aussi lors des grandes fêtes ! J’ai souvenir de ces préparations de repas dans le noir, à la lumière du feu.

 

Quand je pense à toi, je me sens si petite sous l’immensité du ciel étoilé, mais je me sens si apaisée à le contempler. Je me sens aussi si vulnérable aux petites blessures, aux épines de cactus et à cette chaleur assourdissante. J’ai envie de m’allonger dans ces grands chinchirro, et sentir le vent contre ma peau.

 

Quand je pense à toi, j’entends toutes ces chèvres me réveiller au petit matin, j’entends les cris de la mamita à l’autre bout de la communauté, les rires des enfants, j’entends ce vendeur de glaces au milieu du désert sorti de nulle part. J’entends ces oiseaux si doux mais aussi le chant des coqs voisins à 3h du matin.

 

Quand je pense à toi je vois le soleil, je vois la lune qui me sourit, je vois des couleurs, je vois des mochillas se tisser à la force de leurs mains. Je vois des femmes fortes et belles, je les vois cuisiner, je les vois s’occuper de toute la famille. Je vois les enfants revenir avec des tonneaux d’eau, je vois aussi la sueur couler de leur front.

 

Quand je pense à toi, je nous revois préparer les cours de théâtre, et attendre le planning. Je nous vois animer une radio et faire danser les profs. Je nous revois lancer des ballons imaginaires et voir que le théâtre fait le bonheur des enfants !

 

Quand je pense à toi, j’ai mal à l’épaule et pleure de ne pas pouvoir aider d’avantage à la construction des salles de classes, je prends des photos et immortalise ces moments de fraternité. Je couds une moustiquaire à des toilettes sèches fraîchement construites et revois les enfants jouer dedans.

 

Quand je pense à toi je pleure de ne pas pouvoir subvenir aux besoins vitaux des familles, je pleure de cette pauvreté et de ces déchets qui abîment ta terre. Je suis en colère contre certaines coutumes et n’accepte pas d’être témoin de situations trop injustes à mes yeux. Mais je suis heureuse d’avoir vécu à ta manière et d’avoir mis à l’épreuve ma tolérance.

 

Quand je pense à toi, je ris de nos bêtises, de nos fou-rires au coin du feu à apprendre des mots, je ris d'avoir eu tant de mal à mémoriser le wayuunaiky. Je pense à tous ces poux qui m’ont accompagné et à toutes ces mains qui ont cherché entre mes racines, je pense à tous ces week end, je pense à Palomino que j’aime tant, je pense à tous ces légumes qu’on vous a ramené, à tous ces trajets galères, à tous ces repas que l’on a partagé, à tous ces artistes que l’on a rencontré. Je pense à tout l’amour que j’ai pour toi, pour eux, pour nous, pour ce pays. Quand je pense à toi, j’ai envie de te retrouver... O toi ma Guajira.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags