January 15, 2020

June 17, 2019

Please reload

Posts Récents

Construction de classes et Yamana

May 4, 2018

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Témoignage de volontaires

August 9, 2018

 

J’ai participé à l’aventure Adelarte dans sa totalité et derrière cette aventure il y avait bien entendu des motivations d’entraide pour l’asso et pour la communauté mais aussi des motivations biens individuelles et une recherche de métamorphoses, d’un avant Adelarte et d’un après Adelarte. Grâce à l’ambition de cette association sur le plan de l’immersion et des activités, elle offre à chaque volontaire un terreau exceptionnel pour apprendre et comprendre de multiples choses.

Voici donc un résumé non exhaustif et en désordre de ce que j’ai retenu, ce que j’ai pris avec moi en rentrant de cette aventure

  • J’y ai vécu une expérience d’ouverture d’esprit et j’ai pu mesurer le bien fou que cela fait, d’accepter d’être surpris, de se taire sans jugement, d’accepter la différence. C’est aussi se découvrir en s’intéressant à des domaines totalement nouveaux

     

  • J’ai appris que l’écologie était un souffle, un élan, où chacun doit se regarder en face dans le miroir et se diagnostiquer dans son comportement. Il n’est pas question de juger de haut ceux qui ne font rien ou de célébrer ceux qui font énormément d’actions écologique mais de se regarder soi-même en toute honnêteté, de se demander ce que je pourrai améliorer dans mon empreinte écologique. C’est tout autant une lutte individuelle que collective, c’est une conquête où chaque personne est tant à la fois victime d’un système pervers qui nous pousse à nous éloigner de nous-même que complice de la destruction car beaucoup de solutions sont déjà en nous.

     

  • J’ai appris qu’on regardait les wayuu et plus généralement les communautés indigènes avec un regard prétentieux ou remplis de préjugés. Oui les conditions sont dures, ils n’ont pas le confort que nous avons mais ils sont heureux malgré tout. Ils n’ont peut-être pas nos connaissances, ils ne savent pas que pour aller de Colombie jusqu’en France il faut prendre l’avion et non pas le bus mais ils ont d’autres connaissances et surtout d’autres compétences que nous n’avons plus (planter un clou correctement, entretien d’un feu de bois, pêcher au filet) et qui nous rendent inutiles dans leur environnement. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai été corrigé par un enfant de 10 ans … Ils sont inspirants, on a apprendre d’eux et je trouve le principe de la Yamana (jour de travail communautaire) terriblement inspirant pour notre société

     

     

  • J’ai découvert une montagne de choses nouvelles : la salsa, le tissage, les travaux manuels et plus généralement le contact avec la matière terriblement agréable, la cumbia, le vallenato, les croyances autour des éléments (pierres, arbres, fleurs, …), la puissance de la bienveillance,  la pêche au filet, les bienfaits d’un jeun, …

     

  • Cette expérience a confirmé la puissance du théâtre à travers le bien que cela a fait aux enfants du collège et à travers une discussion avec un professeur du collège dont le sujet était les immenses bénéfices associés à cet art. Même au fin fond de la Colombie on y trouve des fans de cet art. Comme quoi, pas besoin d’être un bobo parisien pour être intéressé par le théâtre

     

  • J’ai appris tout simplement l’espagnol accompagné de mon fidèle écuyer « Le Petit Robert – Dictionnaire Français – Espagnol » et découvert une langue, le wayuunaiki

     

  • J’ai découvert la Colombie, un pays formidable peuplé de gens incroyablement gentils, ce n’est pas un mythe

     

  • J’ai appris à voyager autrement, à voyager seul plutôt que en groupe pour plus d’authenticité et d’échanges et moins de parcours balisés

 

  • J’ai appris que le tryptique métro – boulot –dodo n’était pas inévitable grâce aux rencontres avec les autres volontaires voyageurs. Bosser 10 mois pour deux mois de vacances comme on le voit dans nos sociétés n’est pas l’unique solution, les personnes rencontrées bossaient dur entre 4 et 6 mois pour voyager le reste de l’année et trouvaient un équilibre. Ce n’est pas forcément vers ce quoi je vais tendre mais il est toujours bon de voir que d’autres façons d’organiser son rapport au temps et au travail existent.

     

     

  • J’ai renforcé ma connaissance de soi, chose qui me faisait encore bien défaut il n’y a pas si longtemps. J’ai une idée plus précise de ce que je suis.

 

  • Un avis différent sur notre société : l’immense société de divertissement qu’elle est, le manque de solidarité, la pollution des publicités, les messages consuméristes omniprésent et que ceux-ci sont bien plus influenceurs que les quelques messages écologiques.

     

  • J’emporte des millions de souvenirs, des merveilleux comme des difficiles, que je ne compte pas filtrer, avec des français, des argentins, des colombiens, des italiens, des migrants vénézuéliens et surtout des wayuu, en espérant pour ces derniers qu’on les ait autant aidé qu’ils ne nous ont apporté.

     

Cette expérience a été unique, exceptionnelle dans les deux sens du terme, elle vous permet d’apprendre une montagne de choses, c’est d’une richesse incroyable. Même terminée, elle trotte dans votre tête et vous offre très souvent l’opportunité d’apprendre.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags