Le peuple wayuu

Dans la péninsule semi-désertique de la Guajira, l’un des département les plus pauvres de Colombie, on trouve le peuple indigène le plus nombreux du pays, les Wayuu. Avec 145 000 personnes, ils représentent 38% de la population de ce département. Ils vivent dans des conditions difficiles puisque la végétation est très pauvre et l'accès à l'eau potable compliqué du fait des longues périodes de sécheresse qui s'accentuent avec le phénomène El Niño.

Du fait de leur organisation matrilinéale tout (nom, terre, titre) se transmet par la mère et l'oncle maternel se représente la famille. L'économie mixte qu'ils entretiennent se base sur l’élevage et le pâturage caprin, le maraîchage, l’artisanat et la pêche. Leur résistance à la conquête européenne leur a permis de préserver leur langue et bon nombre de leurs coutumes. Ils font maintenant face au réchauffement climatique et aux multinationales minières qui dévient leurs rivières sans parler de la corruption qui détournent les budgets nationaux et l’aide internationale. Ce qui explique l'importance pour eux d'étudier afin de défendre leur droits et continuer à vivre sur leur terre qui devient de plus en plus aride.

Crédit photo: Kounahk Jesiat

Le centre ethno-éducatif n°12 de La Guajira

A 10km de la ville de Riohacha, préfecture de La Guajira, se trouve la communauté de Muurai. Une communauté wayuu qui regroupe 200 âmes réparties en une vingtaine de famille, dont celle de José Francisco Ballestero Jusayu. Celui-ci, convaincu de l’importance de l’éducation pour le développement du peuple wayuu et le maintien de sa culture, a décidé d’œuvrer pour l’avenir de sa communauté en développant dès 2002 un centre ethno-éducatif. 

Le centre est dit ethno-éducatif parce que le programme pédagogique est basé sur la culture Wayuu. De plus, il privilégie le recrutement de personnel wayuu, facilitant ainsi l'instruction des élèves et favorisant le développement local.

Au fil des ans, et apercevant les perspectives d'avenir pour leurs enfants, les familles des communautés alentours (dans un périmètre de 10km) ont construit leur petites écoles et demandé à être rattaché au centre pour bénéficier de son organisation: professeurs titularisés et rémunérés, opérateurs pour l'alimentation, l'eau et les fournitures scolaires... 

Situation actuelle du centre

Le centre dispose désormais de 14 antennes réparties dans 14 communautés permettant ainsi l’accès à l’éducation, à plus de 1000 enfants. L'antenne principale de Muurai accueille, dans 12 salles de classe, près de 500 élèves de la maternelle à la troisième. Retrouvez les détails de son organisation ici. Les autres antennes accueillent entre 20 et 50 enfants, uniquement de primaire, souvent réunis au sein d'une même classe et ce malgré les écarts d'âges et de niveaux. 

Si le centre améliore sans cesse ses services, il a des difficultés pour offrir dans des conditions décentes et de manière durable et autonome une scolarité porteuse d'avenir aux enfants qui lui sont affiliés. Il manque d'infrastructures et est dépendant d'un opérateur extérieur (élu chaque année parmi ceux sélectionnés par le secrétariat d'éducation) pour l'eau et l'alimentation. Il n'est par ailleurs pas raccordé au réseau d’électricité.

C'est pourquoi, avec les membres du centre et d'autres organisations locales (découvrez les ici), l'association Adelarte a monté un plan de développement sur 3 ans pour adresser ces enjeux tout en préservant la culture wayuu et l'environnement.

Comment Adelarte accompagne le centre sur ces projets?

adelarte@ntymail.com

Tel: + 33 (0)6 40 26 78 87